Visitez nos canaux sociaux

Quelles sont les pathologies potentiellement traitables par hadronthérapie

Tumeurs malignes du pancréas

Accueil pathologies traitables Tumeurs malignes du pancréas

Souhaitez-vous nous soumettre votre cas? Cliquez ICI

Le pancréas est une glande d'un peu plus de 15 centimètres de long qui est située dans la partie supérieure de l'abdomen, placée transversalement et derrière l'estomac, à la hauteur des deux premières vertèbres lombaires.

Il remplit essentiellement deux fonctions :

  • La fonction exocrine : il produit des sucs pancréatiques, des fluides contenant des enzymes qui permettent la digestion. 
  • La fonction endocrine : il produit différentes hormones qui servent pour utiliser ou stocker l'énergie dérivant des aliments, y compris l'insuline, qui régule les taux de glucose dans le sang.

Différents types de tumeurs peuvent affecter le pancréas :

  • L’Adénocarcinome : c'est la tumeur la plus courante du pancréas et elle prend naissance dans les conduits qui transportent les enzymes digestives. Il se développe et se propage rapidement et le diagnostiquer dans un état initial est très difficile. Le nombre de cas en Occident est en constante augmentation : en Italie, plus de 10 000 personnes tombent malades chaque année avec cette maladie. 
  • Les Tumeurs endocrines : elles proviennent des cellules qui produisent des hormones et sont rares (seulement 5 à 10% des néoplasies pancréatiques sont d'origine endocrine). Ces tumeurs, dans la plupart des cas, se développent lentement et ne sont pas très agressives.
  • Les Tumeurs kystiques, également rares, parfois grosses, à contenu liquide. Souvent bénignes ou diagnostiquées alors qu'elles le sont encore.

Causes des Tumeurs malignes du pancréas

De nombreuses études identifient certains facteurs de risque liés au développement de la tumeur du pancréas :

  • Le Tabagisme : le tabagisme est le facteur de risque le plus associé à la probabilité de contracter une tumeur du pancréas
  • Des antécédents de diabète
  • Une Pancréatite chronique (inflammation du pancréas lui-même). Ceux qui en souffrent pendant une longue période peuvent avoir un plus grand risque de développer la maladie
  • Les Facteurs héréditaires (précédents cas familiaux de tumeur pancréatique) 
  • L’Obésité. Les personnes en surpoids ou obèses courent un risque légèrement plus élevé de développer une tumeur du pancréas

En fait, cependant, dans de nombreux cas, il n'est pas possible de retracer ou d'identifier la cause sous-jacente de la tumeur. En fait, beaucoup de personnes qui le contractent ne présentent aucun de ces facteurs de risque, à l'inverse beaucoup de ceux qui en présentent un ou plusieurs ne tombent pas malades.

Symptômes des Tumeurs malignes du pancréas

À ses débuts, la tumeur du pancréas est asymptomatique, caractéristique, qui, malheureusement, peut le rendre difficile à diagnostiquer. 

Les premiers symptômes évidents apparaissent au stade avancé de la maladie et certains d'entre eux sont très génériques et pris individuellement, difficilement attribuables à la pathologie. En général :

  • Douleurs au dos ou à l'estomac, qui peuvent aller et venir, s'aggraver en se couchant et après avoir mangé
  • Diminution de l'appétit ou augmentation de la satiété
  • Perte de poids inexpliquée
  • Jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux)
  • Urine jaune ou orange foncé
  • Selles claires et flottantes
  • Nausées et vomissements
  • Faiblesse ou sensation de fatigue extrême

Enfin, lors de l'examen médical, il est parfois possible de détecter :

  • une hypertrophie du foie
  • une hypertrophie de la vésicule biliaire

Diagnostic des Tumeurs malignes du pancréas

Lorsque les symptômes énumérés ci-dessus surviennent et donc qu'il existe un soupçon d’une tumeur au pancréas, il existe plusieurs tests pour vérifier sa présence réelle :

  • Tomodensitométrie (en spirale ou hélicoïdale) : capable de détecter les tumeurs pancréatiques et leur propagation possible aux ganglions lymphatiques, au foie et aux voies biliaires
  • Échographie, externe, de l'abdomen et interne, réalisée par voie endoscopique à travers l'estomac et le duodénum

En présence d'ictère, trois tests différents peuvent être effectués pour vérifier si les voies biliaires sont obstruées et si l'obstruction est due à une tumeur : 

  • la cholangio-pancréatographie rétrograde endoscopique (ERCP)
  • la cholangiographie transhépatique percutanée
  • la cholangiographie par résonance magnétique

Ce dernier examen est le moins invasif et il permet de localiser précisément l'emplacement de l'obstruction, mais ne permet pas d'effectuer une biopsie pour enquêter sur la présence de cellules cancéreuses, ce qui est plutôt possible avec les deux autres techniques. 

Dans certains cas, les patients atteints d’une tumeur du pancréas peuvent avoir une augmentation des niveaux d'une protéine appelée CA 19-9. Pour cette raison, lorsqu'une valeur anormale est détectée, il est conseillé de poursuivre l'enquête.

Traitement des Tumeurs malignes du pancréas

La première indication thérapeutique en cas de cancer du pancréas est la chirurgie. 
Le traitement d'hadronthérapie est indiqué:

  • pour certaines tumeurs pancréatiques localement avancées et non opérables
  • dans certains cas comme traitement préopératoire (étude clinique)

Cependant, il n'y a aucune indication pour les cas métastatiques. 

Les tumeurs pancréatiques localement avancées sont celles qui ne peuvent pas être opérées et qui ont atteint les gros vaisseaux ; dans ces cas, on procède souvent à des cycles de chimiothérapie, aux termes desquels, cependant, il n'est généralement pas possible de procéder chirurgicalement.

Dans de telles circonstances, l'hadronthérapie représente une autre possibilité de traitement, qui exploite les avantages physiques et radiobiologiques des ions carbone : elle n'endommage pas les tissus entourant la zone affectée et surmonte la radiorésistance des tumeurs.

Le CNAO est le seul centre en Italie, avec 3 autres en Europe (6 au Japon et 1 en Chine) à proposer une hadronthérapie aux ions carbone. Nous essayons de re-proposer les résultats issus de la vaste expérience japonaise, selon laquelle la survie moyenne des patients est de 21 mois et comparée à 16 mois d'études avec des traitements par radiothérapie conventionnelle*.

Nous allons également bientôt commencer à inscrire des patients à un essai clinique international.
CHIPER” (A Prospective, Multi-Center Randomized Phase 3 Trial of Carbon Ion versus Conventional Photon Radiation Therapy for Locally Advanced, Unresectable Pancreatic Cancer). Les patients seront placés en deux groupes distincts ; ceux appartenant au premier groupe subiront une chimiothérapie associée à une hadronthérapie aux ions carbone ; ceux appartenant au deuxième groupe subiront plutôt un traitement de chimiothérapie conventionnel associé à la radiothérapie aux rayons X. Le but est de comprendre et de prouver si l'association chimiothérapie / hadronthérapie est supérieure à celle de la chimiothérapie / rayons X.

*Kawashiro et al;  Multi-institutional Study of Carbon-ion Radiotherapy for Locally Advanced Pancreatic Cancer: Japan Carbon-ion Radiation Oncology Study Group (J-CROS) Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2018 Aug 1;101(5):1212-1221

  • Azienda con sistema di gestione per la Qualità Certificata
  • Centre enregistré sur QuESTIO, la carte des sujets actifs dans le domaine de la recherche et de l'innovation
  • Lombardia Life Sciences
  • ESTRO Institutional Member 2019