Visitez nos canaux sociaux

L'histoire de CNAO

Histoire

Accueil La Fondation CNAO Histoire

L'histoire du CNAO

L'histoire du Centre National d'Hadronthérapie Oncologique a commencé avec la publication, en mai 1991, du rapport «Pour un Centre de téléthérapie avec des hadrons» signé par Ugo Amaldi et Giampiero Tosi. À cette époque, Giampiero Tosi dirigeait la Physique sanitaire du Niguarda et était le physicien médical italien le plus connu.

La publication de 1991, suscita l'intérêt de Nicola Cabibbo, alors président de l'INFN. Ainsi, en 1992, un premier financement fut accordé pour démarrer l'étude d'un nouvel accélérateur capable d'accélérer tant les protons que les ions légers à utiliser dans la nouvelle thérapie des tumeurs profondes. L'étude financée par l'INFN s'appelait ATER, une abréviation d'hadronthérapie, le mot inventé par Amaldi pour ce nouveau type de radiothérapie avancée.

En 1992, la Fondation TERA a été créée à Novare pour collecter les fonds et le personnel nécessaires à la conception du Centre. En 18 ans, plus de cent soixante-dix physiciens, ingénieurs, informaticiens et techniciens ont été des employés ou des boursiers de TERA.
Entre 1992 et 2002, trois conceptions complètes du Centre ont été réalisées, basées sur des synchrotrons de caractéristiques différentes, adaptées à une éventuelle réalisation d'abord à Novare (dans les années 1993/1995) puis à Milan, près de l'abbaye de Mirasole (1996/1999). Mais, après des débuts prometteurs, les obstacles les plus divers ont empêché la réalisation de ces projets.
En 1995, pour développer l'hadronthérapie en Europe et pas seulement en Italie, Amaldi a convaincu la direction du CERN de l'opportunité de concevoir, au niveau Européen, un synchrotron pour les ions carbone et protons optimisé pour la thérapie. Cette étude fut appelée Proton Ion Medical Machine Study (PIMMS) et fut terminée en 2000 et TERA en tira une version plus compacte appelée PIMMS / TERA qui est ensuite devenue la version CNAO définitivement fabriquée à Pavie. Umberto Veronesi, nommé ministre de la Santé en mai 2000, décida de financer la construction du CNAO, qu'il connaissait bien depuis 1992.
La Fondation CNAO fut créée au printemps 2001. Le ministre nouvellement nommé Gerolamo Sirchia mis en place une Commission pour analyser le projet et, dès qu'un avis positif fut émis, en Novembre 2001, il créa le Conseil. Erminio Borloni, fut nommé président de la Fondation, qu'il dirigea sans interruption jusqu'en Décembre 2018.

Erminio Borloni et la construction du CNAO

Erminio Borloni introduisit une approche managériale dans la construction du Centre et, en plus des organismes fondateurs inclus par arrêté ministériel dans la fondation, il parvint à créer autour du projet, un réseau de collaborations Nationales et internationales qui représentent ancore l'épine dorsale du système CNAO. Le président acquit aussi de TERA le personnel jeune, qualifié et très motivé qu'il adjoint aux organismes de la collaboration pour mettre en oeuvre la phase de construction et devenir ensuite le moteur interne de la phase de gestion du CNAO successive.

Les membres Fondateurs de la Fondation CNAO sont:

  • Hôpital Majeur Policlinco Mangiagalli et Regina Elena de Milan
  • Policlinico San Matteo de Pavie
  • Institut National des Tumeurs de Milan
  • Institut Neurologique Besta de Milan
  • Institut Européen d'Oncologie de Milan
  • Fondation TERA de Novare

Les fondateurs ont été rejoints par les participants Institutionnels:

INFN (Institut National de Physique Nucléaire), Université de Pavie, Université de Milan, Polytechnique de Milan, Commune de Pavie et enfin en tant que membre, la fondation Cariplo.
En 2014, le Ministre de la santé, aussi, est entré dans le Conseil d'orientation.
Les années de 2002 à 2004 furent essentielles pour la construction de la structure managériale, l'acquisition de solides bases de contribution au projet et la finalisation, dans le domaine technique, des dessins et des spécifications tant des bâtiments et des systèmes que de la haute technologie. Avec cette organisation déployée sur le terrain, la construction proprement dite du CNAO a commencé en 2005, avec la cérémonie de la pose de la première pierre le 5 Mars 2005 et le démarrage effectif des travaux en été de cette même année.
Les années de 2005 à 2009 ont été un parcours rapide pour achever les travaux dans les plus brefs délais et avec le meilleur rapport qualité/coût: plus de 600 entreprises ont travaillé pour le CNAO, dont 500 Italiennes ; plus d'un millier de commandes et de contrats

La phase de l'expérimentation clinique

Avec la cérémonie d'inauguration du CNAO, le 15 Février 2010, la phase de construction du Centre se termine et la deuxième phase s'ouvre, celle appelée essai clinique, qui conduira au traitement de quelques centaines de patients choisis parmi une vingtaine de pathologies électives pour l'hadronthérapie. Cette phase, qui se déroule entre 2010 et 2015, permettra de valider scientifiquement l'hadronthérapie et de jeter les bases de la phase de démarrage ultérieure de la structure qui compte traiter environ 700 patients par an, élargissant de plus en plus les indications cliniques. et mener simultanément des activités de recherche clinique, radiobiologique et technologique.
La phase de construction du Centre a nécessité un investissement en capital de 135 millions d'euros. Les 3 ans d'essais cliniques requis par le ministère de la santé ont coûté 37,1 millions d'euros. Ce parcours a mené au marquage CE du Centre et en 2017 l'hadronthérapie a été insérée dans les niveaux Essentiels d'Assistance.

Le projet CNAO a été réalisé grâce à un important réseau de collaborations nationales et internationales qui a permis d'économiser considérablement sur les coûts de réalisation tout en formant des compétences professionnelles élevées. Pour cette raison, le CNAO représente aujourd'hui un modèle dont beaucoup se sont inspirés et nombreuses sont les requêtes qui arrivent de partout dans le monde pour la réalisation de Centres avec les mêmes caractéristiques.

Le Synchrotron du CNAO

Le traitement des tumeurs par hadronthérapie nécessite l'utilisation d'un accélérateur de particules complexe : un anneau de 80 mètres avec 25 de diamètre connecté aux salles de traitements du CNAO.

Le parcours thérapeutique au CNAO

De la demande d'évaluation au suivi. Voici toutes les phases du parcours thérapeutique avec l'hadronthérapie de la Fondation CNAO.

Quelles sont les pathologies traitables ?

L'hadronthérapie est une forme de radiothérapie pour le traitement et les soins de tumeurs souvent inopérables ou résistantes aux traitements de radiothérapie traditionels. Découvrez lesquels.

  • Azienda con sistema di gestione per la Qualità Certificata
  • Centre enregistré sur QuESTIO, la carte des sujets actifs dans le domaine de la recherche et de l'innovation
  • Lombardia Life Sciences
  • ESTRO Institutional Member 2019