Visitez nos canaux sociaux

Quelles sont les pathologies potentiellement traitables par hadronthérapie

Tumeurs malignes de la prostate

Accueil pathologies traitables Tumeurs malignes de la prostate

Souhaitez-vous nous soumettre votre cas? Cliquez ICI

La prostate est un organe fibromusculaire et glandulaire dont seuls les hommes sont équipés, situé juste en dessous de la vessie, devant le rectum. De la dimension d'une noix dans des conditions normales, au fil des années ou en raison de certaines pathologies, elle peut s'agrandir pour donner lieu à des perturbations, notamment de type urinaire. La prostate produit une partie du liquide séminal libéré lors de l'éjaculation et fournit des composants essentiels à la survie et à la qualité des spermatozoïdes. Pour cette raison, certaines altérations de la structure et de l'état de l'organe peuvent influencer la fertilité masculine.

La tumeur de la prostate provient des cellules présentes à l'intérieur de la prostate, qui commencent à se développer de façon incontrôlable. 
Il s'agit de l'une des tumeurs les plus courants dans la population masculine et représente environ 20% de toutes les tumeurs diagnostiquées chez l'homme. Compte tenu des statistiques les plus récentes, environ un homme sur 8 dans notre pays a la probabilité de tomber malade. Le risque que la maladie ait un résultat peu propice est cependant faible, surtout si des mesures sont prises à temps.

Les types de tumeurs de la prostate sont :

  • L'adénocarcinome, c'est le plus fréquent (tumeur maligne qui se développe à partir du tissu des glandes)
  • Les sarcomes (tumeurs malignes du tissu connectif)
  • Les carcinomes à petites cellules (histotype plus rare et plus agressif qui provient de cellules neuroendocrines, donc liées au système nerveux et aux glandes)
  • Les carcinomes à cellules transitionnelles (histotype rare qui se développe au niveau des cellules qui forment le revêtement interne de la paroi de la vessie)

Causes des Tumeurs malignes de la prostate

Les principaux facteurs de risque d'apparition d’une tumeur à la prostate sont les suivants :

  • L’âge : les risques de maladie augmentent considérablement après l'âge de 50 ans et environ deux tumeurs sur trois sont diagnostiquées chez les personnes de plus de 65 ans.
  • La familiarité : le risque de tomber malade est double pour ceux qui ont un parent consanguin avec la maladie par rapport à ceux qui n'ont pas de cas dans la famille.
  • La présence de mutations dans certains gènes (tels que BRCA1 et BRCA2, ou du gène HPC1).
  • La présence de niveaux élevés d'hormones telles que la testostérone, qui favorise la croissance des cellules de la prostate, et l'hormone IGF1.
  • Le mode de vie : une alimentation riche en graisses saturées, obésité, manque d'exercice.

Symptômes des Tumeurs malignes de la prostate

À ses débuts, la tumeur de la prostate est asymptomatique, si bien qu'environ 30% des cas sont découverts alors que la maladie s'est déjà propagée au-delà de la glande. 

Lorsque la masse tumorale augmente, elle provoque des symptômes urinaires

  • difficulté à uriner (en particulier au début)
  • besoin d'uriner souvent
  • douleur lors de l'urination 
  • sensation de ne pas pouvoir uriner complètement 
  • sang dans l'urine ou le sperme

Rappelons qu'une légère symptomatologie peut en tout cas être une manifestation du mauvais état du système urinaire et qu'elle peut s'aggraver avec le temps. Après 50 ans, il est donc nécessaire d'effectuer une visite urologique à des fins préventives tous les 12 mois. 

Une prévention adéquate permet de découvrir toutes les pathologies à un stade précoce, permettant ainsi de les traiter plus efficacement.

Diagnostic des Tumeurs malignes de la prostate

Dans la majorité des cas, le diagnostic de la tumeur de la prostate repose sur des tests de dépistage (bilans périodiques effectués afin d'identifier une maladie avant qu'elle ne se manifeste par des symptômes). 
Comme prévu, ces contrôles font souvent partie d'un examen médical de routine, surtout effectué chez les hommes après 40 ans. Le médecin peut également recommander des examens spécialisés en raison de symptômes indiquant un trouble de la prostate. Les examens comprennent :

  • Exploration rectale : environ 70% des tumeurs se développent près de la partie externe de la prostate et, dans certains cas, sont déjà détectables grâce à cet examen.
  • Examen PSA (Prostate Specific Antigen) : il consiste en un prélèvement sanguin pour vérifier le taux hématique de PSA, une substance produite par la glande prostatique qui sert à fluidifier le liquide séminal. Des niveaux élevés de PSA ou des niveaux croissants peuvent indiquer une tumeur de la prostate.
  • Biopsie : le médecin peut décider de prescrire une biopsie prostatique multiple par voie transrectale, sous anesthésie locale, en utilisant un centrage échographique. C'est le seul test qui puisse identifier avec certitude la présence de cellules cancéreuses. La biopsie permet de prélever de petits échantillons de tissus dans différentes zones de la prostate, qui sont ensuite analysés. 

Si les tests révèlent la présence d'une tumeur, il est possible de définir sa stadification par :

  • Imagerie par résonance magnétique multiparamétrique
  • CT Abdomen-bassin avec produit de contraste
  • Scintigraphie osseuse

Selon le stade, le degré de la maladie et le niveau de PSA, les « classes de risque » sont attribuées, ce qui indique le risque de progression de la maladie (c’est-à-dire de récidive). Le médecin propose alors au patient quelles thérapies sont les plus indiquées.
En général, 3 classes de risques sont traditionnellement considérées :

  1. Risque faible
  2. Risque intermédiaire
  3. Risque élevé

À la Fondation CNAO, nous traitons le traitement des tumeurs de la prostate à risque « élevé ».

Traitement des Tumeurs malignes de la prostate

Au CNAO, le traitement par hadronthérapie des tumeurs de la prostate à risque « élevé » fait l'objet d'une étude clinique qui vise à évaluer l'efficacité et la sécurité d'un surdosage « boost » en ions carbone sur la prostate associé à un traitement par photons sur les ganglions lymphatiques et sur les zones à risque de propagation de la maladie.

Par rapport aux photons, l'ion carbone présente à la fois un avantage physique et biologique :

  • physique car il est capable de très bien adapter la dose à la cible prostatique, économisant les effets toxiques et fonctionnels sur les organes sains qui l'entourent (en particulier le rectum, la vessie et le bulbe pénien)
  • biologique car il parvient à vaincre la radio-résistance des formes les plus agressives de ces tumeurs.

Les schémas de traitement actuellement actifs au CNAO pour le traitement de la tumeur à la prostate à risque élevé sont deux : 

  • un traitement curatif de routine, qui implique 16 fractions du lundi au jeudi pendant quatre semaines ;
  • un boost (surdosage) d'ions carbone qui est ensuite associé à un traitement de radiothérapie classique à photons

Les données recueillies jusqu'à présent dans notre institut démontrent une très faible toxicité et une excellente tolérance au traitement. 

Toutes les tumeurs à la prostate à risque élevé fournissent également une hormonothérapie ; la référence pour ce type de traitement n'est pas le radiothérapeute, mais l'urologue ou l'oncologue.

  • Azienda con sistema di gestione per la Qualità Certificata
  • Centre enregistré sur QuESTIO, la carte des sujets actifs dans le domaine de la recherche et de l'innovation
  • Lombardia Life Sciences
  • ESTRO Institutional Member 2019