Visitez nos canaux sociaux

Quelles sont les pathologies potentiellement traitables par hadronthérapie

Mélanomes vaginaux et du col de l'utérus

Accueil pathologies traitables Mélanomes vaginaux et du col de l'utérus

Souhaitez-vous nous soumettre votre cas? Cliquez ICI

Les Mélanomes gynécologiques sont des néoplasies rares affectant la vulve dans 4% des cas, le vagin dans 2% et le col utérin dans moins de 1%. Habituellement, les mélanomes sont des tumeurs qui proviennent de mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation de la peau, mais dans certains cas, il est possible que ces tumeurs se développent également dans les surfaces muqueuses, comme par exemple le vagin, le col de l'utérus, l'utérus, les ovaires, les muqueuses buccales et les organes génitaux masculins.

En plus d'être particulièrement rares, les Mélanomes du vagin et du col utérin sont des pathologies extrêmement agressives avec un pronostic généralement mauvais, avec des taux de mortalité de 20 à 50% 5 ans après le traitement tumoral.

De plus, ces cancers vaginaux et cervicaux sont souvent détectés tardivement en raison d'un certain nombre de facteurs différents. Tout d'abord, le mélanome se présente généralement asymptomatiquement jusqu'à des stades très avancés de la maladie. De plus, lors d'un examen gynécologique, le spéculum peut également couvrir plus de 50% des parois vaginales, masquant ainsi des zones plus pigmentées. Enfin, il faut tenir compte du fait que le vagin est toujours l'un des organes les moins étudiés en médecine.

Causes des Mélanomes vaginaux et cervicaux

Les causes qui conduisent à l'apparition de Mélanomes vaginaux et cervicaux sont encore inconnues, mais ne peuvent être retracées à celles des mélanomes cutanés. Dans ces derniers, en effet, le facteur déterminant sont les rayons ultraviolets dus à l'exposition au soleil, mais en ce qui concerne le vagin et le col de l'utérus, il est clair que ces deux parties du corps ne peuvent pas être endommagées par la photo-exposition directe.

Certains facteurs de risque peuvent contribuer au développement de mélanomes du vagin et du col utérin, tels que, par exemple :

  • L’âge supérieur à 50 ans
  • L’habitude à fumer
  • Le mode de vie malsain
  • L’infection de papillomavirus (HPV)
  • La positivité au virus VIH
  • L’état d'immunodéficience
  • D’autres cancers de la région génitale

Ces facteurs de risque sont communs à toutes les formes de cancer du vagin et des zones environnantes.

Symptômes des Mélanomes vaginaux et cervicaux

Comme nous l'avons déjà analysé, ces types de cancer du vagin et du col utérin se présentent souvent de manière asymptomatique

Dans certains cas, généralement à un stade avancé, le mélanome présente certains symptômes tels que :

  • Des sécrétions vaginales anormales
  • Des pertes de sang extra cycle menstruel
  • Des pertes de sang après les rapports sexuels
  • Des douleurs pelviennes ou vaginales
  • De la douleur lors de la miction 
  • De la douleur pendant les rapports sexuels 
  • La constipation 
  • La sensation de brûlure

Diagnostic des Mélanomes vaginaux et cervicaux

La meilleure arme contre les tumeurs du vagin, de la vulve et du col de l'utérus réside dans le diagnostic précoce, qui ne peut être effectué que si des visites gynécologiques et un dépistage avec des tests Pap ou des tests HPV sont effectués régulièrement.

En effet, le pronostic varie selon la localisation de la masse, la profondeur de l'invasion, l'indice mitotique et la présence d'aneuploïdie et d'ulcération. Comme la tumeur se métastase du vagin à un ou plusieurs ganglions lymphatiques inguinaux, le pronostic s'aggrave: le mélanome peut en fait atteindre d'autres parties du corps à la fois par voie lymphatique et par le sang.

En cas de soupçon de mélanome vaginal ou cervical, il est essentiel d'évaluer le tableau complet de la lésion par:

  • Un examen gynécologique 
  • Une anamnèse de la patiente 
  • Une colposcopie

À l'issue de ces tests, une fois les zones critiques identifiées, il est nécessaire de procéder à l'analyse du tissu suspect. En fait, la biopsie est toujours l'une des méthodes de diagnostic les plus importantes dans le domaine des tumeurs.
Une fois le mélanome identifié, il est nécessaire de procéder à des tests d'imagerie diagnostique (tels que la TDM, l'IRM et les radiographies) pour comprendre le degré de propagation de la maladie dans les autres organes du corps.

Traitement des Mélanomes vaginaux et cervicaux

Le traitement des Mélanomes gynécologiques dépend d'un certain nombre de facteurs tels que l'étendue de la tumeur, sa localisation, l'âge de la patiente et sa condition physique. De plus, la grande rareté de ces tumeurs rend difficile la recherche d'une stratégie thérapeutique efficace.

Habituellement, le traitement de ces mélanomes implique une résection chirurgicale, bien qu'en cas de tumeurs avancées, il soit possible de recourir à des traitements de chimiothérapie. Dans le cas d'un cancer particulièrement difficile à traiter, la radiothérapie aux ions carbone est considérée comme un traitement non invasif potentiellement efficace.

  • Azienda con sistema di gestione per la Qualità Certificata
  • Centre enregistré sur QuESTIO, la carte des sujets actifs dans le domaine de la recherche et de l'innovation
  • Lombardia Life Sciences
  • ESTRO Institutional Member 2019